BIO   CONTACT   BONUS
philippe truquin




— Vous ne devriez pas appeler l'horloge parlante tous les matins.
— Il y a bien la radio, mais il faut tomber pile.
Je reviens demain Petites histoires du grand âge : portraits dialogués d'une relation construite sur les notions de dépendance et de résistance, à travers des situations d'aide à domicile.


— ... Il est où ton jardin ?
— Vers les Tuileries. C'est un jardin associatif. J'y vais mais je ne suis pas membre parce que je n'aime pas me faire diriger.
Écrivains publics Ce sont des passeurs et dans le passage des mots de l’expéditeur à ceux du destinataire, la vie se raconte, les langues se délient, les mondes s’enchevêtrent.


Pourquoi
tu prends
des photos ?
Paul et les autres Anciens ou modernes, pour ou contre l’usine nucléaire, avec ou sans enfants, paysans d'un bout du monde : la Hague, face à la mer et sous le vent.


"Le mouvement Hammas a enlevé un soldat israélien"
Télescopages / Miroirs Au coeur de nos foyers, le flux télévisuel déverse en temps réel un ailleurs dématérialisé, qui s'immisce dans notre intimité [Mois de la photo Paris 96].


Bétons naufragés Les ruines du mur de l’atlantique sont un théâtre des évènements où l’histoire se revisite. Nous habitons cette mémoire autant qu’elle nous habite.


Mues d'ouvriers Le geste, la forme humaine, la mémoire du travail passé résistent dans les gants abandonnés sur le sol de l'usine fermée, figés dans une lente atrophie.


Le long couloir  
L'univers transitoire
du métro parisien
fait chavirer
les passagers dans le
déplacement permanent,
la course, l’urgence
de la vie moderne [1987].